Retour liste
J.M SERRAT

J.M SERRAT

  • Producteur
  • Pour Berry Producciones
  • Paris l'Olympia

MEDITERRÁNEO DA CAPO

CONCERT A l'OLYMPIA, PARIS, 12 MAI 2018

Il existe un vieux proverbe catalan qui résume l’Odyssée d’Ulysse en 7 mots : “Roda el món i torna al Born” (tourne autour du monde et reviens au Borne, l’un des marchés de Barcelone les plus importants et anciens). Cela revient à dire qu’il est bien de parcourir les routes, traverser les frontières, connaître d’autres mondes, et finalement de rentrer chez soi, avec tout son acquis et la notion d’aller et de retour, comme les vagues.
Cela fait pratiquement un demi-siècle que Serrat s’est embarqué sur un fragile petit bateau de papier à la recherche de nouveaux horizons. Et comme Ulysse, il s’est confronté aux chants des sirènes, à Polyphème et au Cyclope, il a aimé les belles Nausicaa et Circé, est descendu chez Hadès, en enfer, et puis, après avoir survécu à toutes ces aventures, tous ces dangers, il est rentré chez lui, encore plus sage et convaincu qu’avant.
D'où le titre du spectacle, MEDITERRANEO DA CAPO (*). Avec lui, il a décidé de déplier ses voiles pour naviguer de nouveau avec son album “Mediterráneo” (1971), comme un axe autour duquel tournera ce nouveau concert, créant une occasion pour le chanteur catalan de rependre la mer. 

Au cours de ce voyage, il nous livrera les 10 chansons de cet album fondamental, avec entre autres les joyaux que sont “Lucía”, “Aquellas pequeñas cosas”, “Pueblo blanco”, “Barquito de papel” et bien sûr la mythique chanson “Mediterráneo”. Ensemble, nous naviguerons sur le meilleur de son immense répertoire et aurons aussi la surprise de découvrir de nouvelles contrées...
Après presque un demi-siècle, Serrat revient à “Mediterráneo” qu’il n’a en fait jamais abandonné. A notre époque de visas, de frontières, et de fils barbelés, l’artiste a eu l’occasion de s’apercevoir que, au-delà d’un citoyen du monde, de Catalogne, d’Espagne et d’Europe, il est avant tout un citoyen de sa mer, de cette patrie liquide qui unit plus qu’elle ne sépare. Continents, traditions, croyances, couleurs de peaux.. elle lient les hommes et les femmes qui nagent sur ses plages, que naviguent sur ses yachts et s’abiment sur ses embarcations de fortune.

Le jeune Aristote l’a exprimé clairement il y vingt-quatre siècle en disant : « Il existe trois sortes d'homme : les Morts, les Vivants, et ceux qui vont sur la mer. » Serrat appartient à cette dernière catégorie. 

(*) DA CAPO, terme musical d’origine italienne qui signifie “retourner au début”.